Advocacy priorities set for 2016

February 16, 2016
Written by Erika Adams
Chief fire officers from across Canada meet with MPs during the CAFC’s annual government awareness week in Ottawa in March. Key issues for 2016 were set in a survey of members.  /  Des chefs de pompiers venus de partout au pays rencontrent des députés dans le cadre de la Semaine annuelle de relations gouvernementales de l’ACCP, à Ottawa, en mars. Les principales questions devant être abordées en 2016 ont été déterminées en fonction des résultats d’un sondage effectué auprès des membres.
Chief fire officers from across Canada meet with MPs during the CAFC’s annual government awareness week in Ottawa in March. Key issues for 2016 were set in a survey of members. / Des chefs de pompiers venus de partout au pays rencontrent des députés dans le cadre de la Semaine annuelle de relations gouvernementales de l’ACCP, à Ottawa, en mars. Les principales questions devant être abordées en 2016 ont été déterminées en fonction des résultats d’un sondage effectué auprès des membres. Photo by Laura King
Advocacy is one of the Canadian Association of Fire Chief’s (CAFC) pillars and a very important area of focus for members.

With the new government in power, the coming year will demand a government-relations approach that focuses on education – about the CAFC and its key issues – and that leverages the Liberals’ campaign promises and the content of the ministers’ mandate letters.

To meet the demands that the CAFC’s current government-relations success brings to the association, and to be responsive to the new political environment, the CAFC recognized the need to develop a robust, annual advocacy strategy. This strategy would enable the CAFC to use its resources more efficiently and effectively to communicate and influence the opinions and decisions of key stakeholders to advance policy priorities.

The strategy would include a formal annual schedule for tactical activities such as government-awareness week and budget asks, and an outline of types of advocacy products and activities in which the CAFC can engage. Taking into consideration the CAFC’s members and the multi-level nature of fire-service issues, the CAFC will strive to engage in three types of advocacy activities:
  1. Federal advocacy – being the voice of the fire service at the national level, developing evidence-based positions, and engaging in direct government relations.
  2. Provincial/local advocacy – being the national issue co-ordinator and promoter of consensus, supporting research at members’ requests, and engaging indirectly.
  3. Members’ advocacy capacity – being a source of advocacy tools that can be used by members to improve their own government-relations work.
As an initial step in the development of the strategy, the CAFC’s board of directors and the national advisory council (NAC) agreed to support an advocacy prioritization study.

During November, a brief, online advocacy-priorities-and-strategies survey was open to CAFC members. The content of the questions took into consideration the national focus of the CAFC’s mission, the current areas of work of the association, and the recognition that members face different challenges based on the size, type and location of their fire services. Ninety-one members completed the survey. In addition, during the same period, nine phone interviews were conducted with NAC and board members.

Members were asked which three issues the CAFC should focus on in 2016.

A broad range of issues identified by the respondents were summarized in 19 categories. The top 10 (in order of relevance) were: grants and funding; building codes; training; volunteer issues; emergency preparedness; HUSAR; national fire incident database; taxation; mental health; and national fire advisor.

Responders provided specific answers and gave insight into the various aspects of each issue; their responses make evident the complexity of government-relations efforts. The advocacy needs of the fire service are many, but time and resources make addressing all of them a challenge.

Members were then asked to indicate the importance of each of the several advocacy issues to their organizations.

The CAFC has been working on key advocacy issues for the fire service for many years. Taking into consideration previous advocacy work and emergent issues, the survey provided members a list of 10 issues and asked them to rate the level of importance to their organizations using a five-point scale.

The three issues with the highest ratings were firefighter safety, residential sprinklers within Canada’s National Building Code, and mental-health research and training. The three lowest-ranked issues were HUSAR funding, wildland/urban fire interface and First Nations fire protection.

To further refine the data, members were asked to rank 10 advocacy issues in order of priority.  

The three issues with the highest average rankings were firefighter safety and residential sprinklers within Canada’s National Building Code, mental health research and training, and volunteer firefighter recruitment and funding. The three issues with the lowest average rankings were wildland/urban fire interface, First Nations fire protection, and HUSAR funding.

While the priorities identified in the survey provide immediate actionable advocacy work, it is important to recognize that some of the issues that did not rank high on the list are issues that the CAFC must continue to address, such as First Nations fire protection and funding for HUSAR teams. In fact, a few members mentioned their ratings were based on the impact that each of these issues has for the jurisdiction of the respondent. While respondents said they might recognize the importance of the issue, if an issue did not directly affect the respondent or his or her department or jurisdiction, the respondent rated it low. This means that in order to fulfill its mission, the CAFC needs to always try to identify the national implications of the issues that affect members at the local level.

The CAFC will use the results of the survey to develop an overall advocacy strategy for 2016. The results of this survey are very valuable because they will guide, in the short term, the choice of issues that the CAFC brings forward during government-awareness week in March. In the medium term, the results will allow the CAFC to develop advocacy products that members identified as important to their government-relations work. Finally, in the long tern, the results will support a review of existing CAFC structures, for example, committees and working groups, to ensure they are aligned with the issue priorities.

The full survey report is available at cafc.ca.

Erika Adams, PhD, is the CAFC’s director of policy and research.



Établir les priorités pour l’année 2016
Par Erika Adams

Les activités de plaidoyer sont l’un des piliers de l’Association canadienne des chefs de pompiers (ACCP) et un domaine de concentration très important pour les membres.

Compte tenu la portée au pouvoir d’un nouveau gouvernement, il nous faudra, l’année prochaine, axer notre approche envers les relations gouvernementales sur la sensibilisation et les principales aires de préoccupation de l’ACCP. Nous devrons aussi tirer parti des promesses électorales faites par les libéraux et des lettres de mandat des ministres.

Pour répondre aux exigences du succès que nous apportent nos relations gouvernementales et pour être sensible au nouvel environnement politique, l’ACCP concède le bien-fondé d’élaborer une solide stratégie annuelle en matière de plaidoyer. Ainsi, nous pourrions utiliser nos ressources de manière plus efficace lorsqu’il s’agit de communiquer et d’influencer les opinions et les décisions des principales parties prenantes pour faire progresser les priorités politiques.

La stratégie comprendrait un calendrier officiel annuel des activités tactiques telles que la Semaine de relations gouvernementales et les demandes d’ordre budgétaire ainsi qu’un aperçu des types de produits que l’ACCP peut offrir et des activités de plaidoyer dans lesquelles elle peut s’engager.

Prenant en considération les membres de l’ACCP et la nature multi-niveau des questions ayant trait aux services d’incendie, l’ACCP cherchera à participer à trois types d’efforts de plaidoyer, à savoir :
  1. Le plaidoyer fédéral – être le porte-parole des pompiers du Canada au niveau national, élaborer des positions fondées sur des preuves et s’engager dans des relations gouvernementales directes.
  2. Le plaidoyer provincial/local – faire fonction de coordonnateur de questions nationales et de promoteur de consensus, soutenir la recherche à la demande des membres et s’engager indirectement.
  3. La capacité de plaidoyer de l’effectif – fournir des outils de sensibilisation susceptibles d’être employés par les membres pour optimiser leur propres relations gouvernementales.
Comme première étape de l’élaboration de la stratégie, le Conseil d’administration de l’ACCP et le Conseil consultatif national (CCN) ont convenu d’appuyer une étude de priorisation du plaidoyer.

En novembre, nous conviions les membres de l’ACCP à compléter un bref sondage électronique sur les priorités de plaidoyer et les stratégies afférentes. Les questions prenaient en considération l’intérêt national de la mission de l’ACCP, ses domaines de travail et l’acceptation que les membres doivent relever des défis différents en fonction de la taille, du genre et du lieu de leur service d’incendie. Quatre-vingt-onze membres ont répondu au sondage. En outre, dans le même laps de temps, neuf entrevues téléphoniques ont eu lieu avec les membres du CCN et du Conseil d’administration.

Nous avons invité l’effectif à identifier trois enjeux sur lesquels l’ACCP devrait se concentrer en 2016. Nous avons classé en 19 catégories un large éventail de questions identifiées par les répondants. Les dix premières (par ordre de pertinence) étaient les subventions et le financement, les codes du bâtiment, la formation, les volontaires, la préparation aux situations d’urgence, l’ELSARMU, la base de données nationales sur les incendies, l’imposition, la santé mentale et un conseiller national en matière d’incendies.

Les participants ont répondu précisément et ont donné un aperçu des divers aspects de chaque question. Leurs réponses mettent en évidence la complexité des efforts de relations gouvernementales. Les besoins en plaidoyer des services d’incendie sont nombreux. Mais, le temps et les ressources nous manquent pour tout traiter.

Nous avons ensuite invité les membres à indiquer l’importance que chacun des enjeux de plaidoyer revêt pour leur organisation.

Depuis de nombreuses années, l’ACCP se penche sur des enjeux essentiels pour les services d’incendie. En tenant compte des efforts de plaidoyer précédents et émergents, le sondage contenait une liste de dix questions. On y demandait d’évaluer le niveau d’importance pour leur organisation en utilisant une échelle de cinq points.

La sécurité des pompiers, l’inclusion des gicleurs résidentiels au Code national du bâtiment du Canada ainsi que la recherche et la formation en santé mentale sont les trois enjeux ayant obtenu les notes les plus élevées. Le financement d’ELSARMU, le plan d’intervention stratégique contre les feux en zone périurbaine et les services de protection contre les incendies pour les Premières nations sont les trois questions ayant obtenu les notes les moins élevées.

Pour affiner les données, les membres ont été invités à classer les dix questions de plaidoyer par ordre de priorité.  

La sécurité des pompiers, l’inclusion des gicleurs résidentiels au Code national du bâtiment du Canada, la recherche et la formation en santé mentale ainsi que le recrutement et le financement des pompiers volontaires sont les trois enjeux ayant obtenu les notes les plus élevées. Le plan d’intervention stratégique contre les feux en zone périurbaine, les services de protection contre les incendies pour les Premières nations et le financement d’ELSARMU sont les trois questions ayant obtenu les notes les moins élevées.

Même si les priorités identifiées par le sondage font ressortir des activités de plaidoyer immédiates, il faut reconnaître que l’ACCP doit quand même aborder certaines des questions qui ne figurent pas en haut de liste, comme les services de protection contre les incendies pour les Premières nations et le financement des équipes d’ELSARMU. En fait, quelques membres ont mentionné que leurs évaluations se fondaient sur l‘impact que chacune de ces questions avait sur la compétence de l’intimé. Bien que les répondants aient déclaré bien comprendre l’importance de la question, si celle-ci ne les concernait pas directement ni eux, ni leur département, ni leur juridiction, il s’ensuivait une faible cote. Autrement dit, pour s’acquitter de sa mission, l’ACCP doit continuer de cerner les implications nationales des enjeux qui touchent les membres au niveau local.

Forte des résultats du sondage, l’ACCP élaborera une stratégie d’ensemble pour l’année 2016. Ces dits résultats sont très précieux car ils guideront à court terme le choix des enjeux que l’ACCP soulèvera au cours de la Semaine des relations gouvernementales en mars. À moyen terme, ils permettront à l’ACCP de développer des produits de plaidoyer que les membres ont identifié comme étant importants pour leurs relations gouvernementales. Enfin, par exemple, à long terme, les résultats étayeront un examen des structures de l’ACCP, des comités et des groupes de travail pour les aligner aux questions prioritaires.

Pour vous procurer le rapport intégral, veuillez consulter cafc.ca.

Erika Adams, PhD, directrice des politiques et de la recherche de l’ACCP.


Subscription Centre

 
New Subscription
 
Already a Subscriber
 
Customer Service
 
View Digital Magazine Renew

Most Popular


We are using cookies to give you the best experience on our website. By continuing to use the site, you agree to the use of cookies. To find out more, read our Privacy Policy.