CAFC Fire data project to help determine risks, resources / Données sur les incendies : déterminons les risques et les ressources

September 14, 2015
Written by Len Garis and Karin Mark
A groundbreaking national fire-data project that is expected to be launched this fall will help fire officials make confident, evidence-based decisions about policy, resource use, and other critical matters affecting the safety of Canadian communities.

Federal funding was announced in June for a pilot national fire-information database project that will gather and unify 10 years of fire information from across the country and create Canada’s first national system for collecting fire statistics.

Co-ordinated by the Canadian Association of Fire Chiefs (CAFC) and the Council of Canadian Fire Marshals and Fire Commissioners, the three-year, $850,000 project is funded by the Canadian Safety and Security Program, led by Defence Research and Development Canada’s Centre for Security Science, in partnership with Public Safety Canada.

“Without trusted evidence-based data, first responders cannot act with confidence when making choices to improve policy, co-ordinate activity, or operate in the most impactful manner,” said Duane McKay, present of the council of fire marshals and commissioners.

CAFC president Paul Boissonneault said the database will help fire officials to better understand incident dynamics and actual and potential threats to public safety. Boissonneault said the benefits will extend to the broader public-safety community for years to come.

“This first-ever national perspective on fire data will reveal insights into the incidents, response and impacts of threats we face,” he said.

Evidence-based decision making has become increasingly important for government agencies following the economic downturn, said project researcher Paul Maxim, a professor at Wilfrid Laurier University in Waterloo, Ont.

“Fire officials are facing increasing pressure – from both the public and government decision makers – to justify their decisions and actions with hard data,” Maxim said.

“In meeting these demands, fire officials are often forced to use limited regional information. They have typically lacked comparable national data, or data linked to other relevant characteristics of the locations in which fire incidents take place.

“The lack of robust, available data also makes it difficult for them to identify and address emerging trends and issues.”

The national perspective on fire data that will be developed through the database project is expected to provide deeper insights into how, when, where and why fires take place. This information will enable fire services to strategically deploy resources and identify major trends that could lead to changes in fire policy and regulation.

At a national level, for instance, Canada-wide statistics could be used to build a business case for changing the national building code to require more sprinkler systems in residences. On a local level, a fire department could compare its own fire statistics to those of its region or province to identify gaps in service and to plan where to apply future resources. Initiatives such as these would help reduce fires, property damage, injury and death.

Many exciting possibilities for research could grow from this project, Maxim said. For example, layering fire statistics on top of other data – such as income, crime, health and demographics – could lead to a greater understanding of existing public-safety threats and how to address them.

Work on the concept began in 2011 when the CAFC launched a year-long project to explore the development of a database.

British Columbia’s University of the Fraser Valley co-ordinated the research and consultation on behalf of the CAFC. The project ultimately led to the successful grant application for the development of the database.

In the first year of the pilot, Statistics Canada will collect and standardize a decade of fire records from Canada’s provinces and territories. The database will be mapped against the variables established in the Canadian Code Structure on Fire Loss Statistics published by the fire marshals and commissioners in 2002.

The resulting database will provide the capacity to conduct evidence-based research on fire incidents across Canada with a high level of confidence and accuracy. Work on the database is expected to start this fall.

In the final two years of the pilot, the project team will test and apply the data and link it to other social databases to provide insights into risk, trends, vulnerable sectors and other factors that affect public safety.

The team will also consider how standardized data could align to the National Information Exchange Model – a standardized approach to exchanging data that is being adopted in Canada – to enable effective information-sharing and management.

The collected data will be made available to public safety and research communities through 24 regional data centres operating in academic and research facilities across Canada, along with a web-based portal.

New research is another key focus of the project. Funding will be provided to Canadian researchers and academics to look into priority topics related to public safety, security, risk management and related matters using the fire database and linked datasets. Potential topics will be collected from stakeholders at industry events, and a research funding oversight committee will be established to review submissions and oversee research projects.

The process by which the data from across the country will be aggregated, standardized and defined will mark a technical advance for Canada’s fire community; it will result not only in a new national fire dataset but also improved methods for collecting data.

The development of real-time remote access to the web-based portal by authorized users through any browser will improve access to the database and may lead to broader use and application of the data.

As well, national fire statistics have never been linked on this scale to other social datasets across Canada. The resulting information will reveal the full spectrum of public-safety and security trends, holding value not only for Canada’s fire community, but for all those working to promote public safety and security.

Progress on the project can be followed on the CAFC website, www.cafc.ca

Len Garis is the fire chief for the City of Surrey, B.C. Contact him at This e-mail address is being protected from spambots. You need JavaScript enabled to view it
Karin Mark, based in Metro Vancouver, is a former award-winning newspaper reporter who writes for publications and corporate clients.



Un projet national révolutionnaire sur les données relatives aux incendies qui devrait être lancé cet automne permettra aux pompiers de prendre en toute confiance des décisions fondées sur des preuves sur les politiques, l’utilisation des ressources et autres questions critiques affectant la sécurité des collectivités canadiennes.

Le financement fédéral d’un projet pilote sur une base de données nationales sur les incendies qui permettra de recueillir et d’unifier dix ans d’information à ce sujet et de créer le premier système national de collecte de statistiques sur les incendies au Canada a été annoncé en juin.

Coordonné par l’Association canadienne des chefs de pompiers (ACCP) et le Conseil canadien des directeurs provinciaux et des commissaires d’incendie, le projet de trois ans au coût de 850 000 $ est financé par le Programme canadien de protection et de sécurité dirigé par le Centre des sciences pour la sécurité nationale de Recherche et développement pour la défense Canada, en partenariat avec Sécurité publique Canada.

« Sans données fiables fondées sur des preuves, les premiers intervenants ne sont pas en confiance au moment de faire des choix lorsqu’il s’agit d’améliorer les politiques, de coordonner les activités ou de fonctionner de la manière la plus percutante qui soit » a déclaré Duane McKay, président du Conseil des directeurs provinciaux et des commissaires d’incendie.

Aux dires de Paul Boissonneault, président de l’ACCP, la base de données aidera les pompiers à mieux comprendre la dynamique des incidents et les menaces réelles et potentielles à la sécurité publique. Il a ajouté que les avantages s’étendront à la sûreté de l’ensemble de la communauté pour des années à venir.

« Ce premier regard national sur les données d’incendie révélera un aperçu de l’incident, de la réaction et de l’impact des menaces auxquels nous sommes confrontés » a-t-il dit.

Les décisions fondées sur des données probantes revêtent de plus en plus d’importance pour les organismes gouvernementaux au lendemain du ralentissement économique a déclaré le recherchiste du projet, Paul Maxim, professeur à l’Université Wilfrid Laurier, à Waterloo, en Ontario.

« De plus en plus, les autorités en matière de feu font face à des pressions accrues, à la fois des décideurs publics et gouvernementaux, pour justifier leurs décisions avec des donnée sûres à l’appui » a ajouté M. Maxim.

« En répondant à ses exigences, les autorités en matière de feu sont souvent contraintes d’avoir recours à une information régionale limitée. Elles manquent généralement de données nationales comparables ou jumelées à d’autres caractéristiques pertinentes sur les lieux des incendies.

« L’absence de données fiables fait qu’il leur est difficile d’identifier et de traiter les nouvelles tendances et questions ».

Un document de  recherche publié en 2011, intitulé Can We Develop National Canadian Fire Statistics for Emergency Planning?, signé par Rhéaume Chaput, chef des pompiers de Kingston (Ontario), récemment à la retraite, cite l’ancien directeur régional canadien de la NFPA, Sean Tracey : « Un des plus grands défis [pour] provoquer des changements dans l’industrie de la sécurité- incendie est l’absence de statistiques fiables à cet égard ».

Les perspectives nationales sur les données sur les incendies qui seront développées dans le cadre de la base de données provisoire devraient fournir un aperçu plus approfondi sur comment, quand, où et pourquoi les incendies se déclarent. Cette information permettra aux services d’incendie de déployer stratégiquement des ressources et d’identifier les grandes tendances qui pourraient conduire à une modification de la politique en matière d’incendies et la règlementation afférente.

Au niveau national, des statistiques pancanadiennes pourraient, par exemple, être utilisées pour former des arguments dans le but d’apporter des modifications au Code national du bâtiment afin d’exiger l’installation d’un plus grand nombre de systèmes de gicleurs résidentiels. Au niveau local, un service d’incendie pourrait comparer ses propres statistiques à celles des régions ou de la province pour identifier les lacunes et pour planifier où utiliser les ressources futures. Des initiatives de ce genre contribueraient à réduire les incendies, les dommages matériels, les blessures et les décès.

Selon M. Maxim, plusieurs possibilités de recherches passionnantes pourraient naître de ce projet. Superposer des statistiques sur les incendies à d’autres données, comme le revenu, la criminalité, la santé et la démographie, nous permettrait de mieux comprendre les menaces à la sécurité publique existantes et la façon de les aborder.

Les travaux sur le concept ont débuté en 2011 alors que l’ACCP lançait un projet d’un an pour explorer la possibilité de développer une base de données. Ceci comprenait une consultation auprès des départements des services d’incendie et des parties prenantes partout au pays, une recherche sur les systèmes de gestion de données canadiens existants publics et privés, sans oublier l’examen de modèles de pratiques exemplaires internationaux pour la collecte et la diffusion des données.

L’Université de la Colombie-Britannique de la vallée du Fraser a coordonné la recherche et la consultation au nom de l’ACCP. Le projet a finalement abouti à l’obtention d’une subvention pour développer la base de données.

Dans la première année du projet pilote, Statistique Canada recueillera et normalisera une décennie de dossiers sur les incendies provenant des provinces et des territoires du Canada. La base de données sera définie en regard des variables établies au Canadian Code Structure on Fire Loss Statistics publié par les directeurs provinciaux et les commissaires en 2002.

La base de données qui en résultera permettra d’effectuer des recherches fondées sur des preuves sur les incidents d’incendie à travers le Canada avec une grande confiance et précision. Les travaux sur la base de données devraient commencer à l’automne.

Dans les deux dernières années du projet pilote, l’équipe testera et appliquera les données et les reliera à d’autres bases de données sociales pour fournir des indications sur les risques, les tendances, les secteurs vulnérables et d’autres facteurs qui influent sur la sécurité publique.

L’équipe examinera également comment aligner les données normalisées au National Information Exchange Model, une approche normalisée pour l’échange de données qui est en cours d’adoption au Canada, pour permettre le partage efficace de l’information et de la gestion.

Les données recueillies seront mises à la disposition des communautés de la sécurité publique et de recherches par l’entremise de 24 centres de données régionaux opérant dans les établissements universitaires et de recherche partout au Canada, grâce à un portail en ligne.

La nouvelle recherche est un autre élément clé du projet. Un financement sera octroyé aux chercheurs et aux universitaires canadiens qui se pencheront sur la sécurité publique, la sûreté, la gestion des risques et les questions connexes à l’aide de la base de données sur les incendies et les ensembles de données jumelées. Des sujets potentiels seront sollicités auprès des parties prenantes lors d’événements de l’industrie. Un comité de surveillance du financement de la recherche sera mis sur pied pour revoir les demandes et superviser les projets de recherche.

Le processus selon lequel les données seront regroupées, normalisées et définies à travers le pays marquera une avancée technique pour l’industrie de la sécurité-incendie du Canada. Elle se traduira non seulement par un nouvel ensemble de données nationales sur les incendies, mais aussi par l’amélioration des méthodes de collecte de données.

L’accès en temps réel à distance sur le portail en ligne par les utilisateurs autorisés via un navigateur permettra d’améliorer l’accès à la base de données et pourrait conduire à une plus grande utilisation et application de la base de données.

En outre, des statistiques nationales sur les incendies n’ont jamais été jumelées à cette échelle à d’autres ensembles de données sociales à travers le Canada. Les informations qui en résulteront mettront à nu le spectre complet de la sécurité publique et les tendances en matière de sécurité, tenant valeur non seulement pour l’industrie de la sécurité-incendie au Canada, mais pour tous ceux qui travaillent à promouvoir la sûreté et la sécurité publique.

Pour suivre l’évolution du projet, veuillez consulter le site web de l’ACCP à www.cafc.ca.

Len Garis est le chef des pompiers de la ville de Surrey, en Colombie-Britannique. Vous pouvez communiquer avec lui au  This e-mail address is being protected from spambots. You need JavaScript enabled to view it
Karin Mark, basée dans la région métropolitaine de Vancouver, en Colombie-Britannique, est une ancienne journaliste primée qui écrit pour des publications et des clients corporatifs.


Subscription Centre

 
New Subscription
 
Already a Subscriber
 
Customer Service
 
View Digital Magazine Renew

Most Popular


We are using cookies to give you the best experience on our website. By continuing to use the site, you agree to the use of cookies. To find out more, read our Privacy Policy.