Collecting data

August 29, 2016
Written by Rob Evans
Grâce à la base de données nationale sur les incendies, des informations seront recueillies pour guider les opérations et pour déterminer la façon dont les services d’incendie lutteront contre les feux.   The national fire incident database with gather information that will be needed to guide operations and determine how fire departments fight fires.
Grâce à la base de données nationale sur les incendies, des informations seront recueillies pour guider les opérations et pour déterminer la façon dont les services d’incendie lutteront contre les feux. The national fire incident database with gather information that will be needed to guide operations and determine how fire departments fight fires. Photo par Rob Evans
National fire statistics have been lacking in Canada for as long as we have been a country. A program was first funded in 2011 as a year-long project to examine the development of a web-based database that would be available to fire departments and organizations across Canada.
It lay dormant until 2015 when $850,000 in new funding from the Canadian Safety and Security Program, led by Defence Research and Development Canada, was announced by Canadian Association of Fire Chiefs (CAFC) president Paul Boissonneault and Duane McKay, president of the Council of Canadian Fire Marshalls and Fire Commissioners.

Surrey, B.C., fire chief Len Garis, who has been with the program since its infancy, said that based on decisions made on what research questions will be used, initial trail database entry will begin in 2017, with the first results possibly available in the fall of next year. By the end of 2018, a full sample of data will be available for use. When complete the database will:
  • Establish a single, central database about Canada’s national fire experience
  • Standardize and improve data collection, methodology and analysis
  • Link fire data with existing socioeconomic data sets including health, crime, education, housing and more to provide a level of public safety research and data that has never been seen before
  • Provide fire marshals and chief officers with evidence-based research they can use to provide policy and operational guidance that respond to trends that currently cannot be adequately identified
  • Enhance the ability of fire officials to understand incident dynamics, and actual threats to public safety;
Provide a valuable data source for in depth academic research that can be combined with incident observations and experiences to generate new knowledge in the public safety domain, and

Enhance and ensure the ongoing safety of the public, Canada’s firefighters and other first responders.

In a recent telephone interview, Ken Stuebing, CAFC board member and fire chief for Chatham-Kent, Ont., said fire services are taking a best guess at statistics.

“The sad thing is, we [Canada] have national stats on health and policing but we have nothing on firefighting. . . We guesstimate our stats are 10 per cent of the U.S. stats because we have no other way to gather (stats).”

Moving forward, fire fighting is going to have to change, and quickly, Stuebing says. Those moving up the ranks are going to need the tools to challenge everything known about fire fighting and use the data and evidence to help drive operational decisions. Stuebing believes that the database will go a long way in helping how fire departments do their jobs.

“We’re starting to learn lessons the hard way when it comes to fire behaviour,” Stuebing said. “Fires don’t hit flashover at 20 minutes; fires flash over much sooner.”

By asking the right questions of the data collected, fire departments will be able to gather more information that will be needed to guide operations and how fire departments fight fires.

“Why do we do what we do? Does it still make sense? As fire service leaders, we need to prepare those people coming up behind us to really being questioning the status quo on everything.”

Stuebing cautions that by using new statistics that will be available, new accountability will also be expected of Canada’s fire services. “When we get evidence that is overwhelming saying that this not the best path forward, [something else] is the best path forward, we are going to be obligated to move in that direction,” Stuebing
said, “especially if we want to use evidence to guide our practice?”

The project has had some challenges –  government changes and getting stakeholders to sign agreements – but Stuebing said he is excited that the database is progressing; he plans to introduce the program to delegates at the CAFC’s Fire-Rescue Canada conference in September in St. John’s, N.L., along with Garis. According to Stuebing, the program is on track to meet measurable goals, and task-force members will be in front of the membership of the CAFC to share information in St. John’s.

In the meantime, agreements have been signed among some of the stakeholders including the CAFC, the fire marshals and commissioners, StatsCan and some of the provinces. According to Garis, StatsCan has already been collecting data based on information from Canada’s
provinces and territories and their fire records. These records are being mapped against the Canadian Code Structure on Fire Loss Statistics published by the fire marshals and commissioners in 2002. Garis said that it is important for stakeholders across the country to become involved in what questions they would like answered in the data collection and evidence-based research, including the necessary statistics required for entry into the database. Prior to Fire-Rescue Canada, those interested in being involved at the grassroots level should have access through the CAFC to a questionnaire that will determine what fire departments want the data to do for their services. How data will be entered and information guiding those interested in the period of testing should be determined by the end of 2016 as the program works toward the actual trial run of the database.

 “If we can demonstrate that we can do this, instead of actually following the U.S. and reporting on their statistics, we will also be able to demonstrate that we have 100 per cent comfort in the information that we’re getting from a database because it’s all aggregated together – coming from one source.”

But Stuebing is also not naïve about the amount of work left to do.

“Trying to break down silos in provinces, having people report things the same way and have everyone work together to be able to create a national database – it’s going to be the first time for the fire service in Canada.”

Garis, who has used evidence-based research in his own community to educate specific demographics about fire prevention, believes that this project will benefit the entire country. For fire departments to use information from a national database to improve public safety across the country, communities will almost immediately see results, according to Garis.

“It’s important from a local, provincial and national perspective that we have good, robust data to formulate decisions for the future.”

Stuebing agrees, “This is where we [the CAFC] want to be, an organization that can answer questions based on data and evidence and be able to substantiate our need for public safety for the federal government or municipal government, whoever are the people that need to make the decisions.

“We need to be seen as a responsible service, using data to guide our decisions and back up our statements, by not only the people that govern us, but also by our colleagues and by the general public.”

In order to be seen as accountable and credible to these groups, the Canadian fire service must move forward with evidence-based reporting, Stuebing said. More and more fire chiefs and administrators are being asked to “show us the data,” he said.

“The days of going into council and pounding our fists on the table saying give me more firefighters isn’t going to cut it any more.”


Collecte de données
Des statistiques nationales sur les incendies font défaut au Canada depuis que nous sommes un pays. C’est en 2011 qu’un programme était financé pour la première fois à titre de projet d’un an pour pondérer le développement d’une base de données en ligne qui serait mise à la disposition des services d’incendie et des organisations partout au Canada. Il fut au point mort jusqu’en 2015, moment où la somme de 850 000 $, un nouveau financement du Programme canadien pour la sûreté et la sécurité, dirigé par Recherche et développement pour la défense Canada, a été annoncée par le président de l’Association canadienne des chefs de pompiers (ACCP), Paul Boissonneault, et Duane McKay, président du Conseil canadien des directeurs provinciaux et des commissaires d’incendie.

Le chef de pompiers de Surrey, en Colombie-Britannique, Len Garis, qui collabore au programme depuis le tout début, a déclaré que sur la base de décisions prises quant aux questions de recherche qui seront utilisées, la saisie des données initiale débutera en 2017 et les premiers résultats seront probablement disponibles à l’automne, l’année prochaine.

D’ici la fin de 2018, un échantillon complet de données sera disponible aux fins d’utilisation. Une fois terminée, l’unique base de données centrale <bu> sur les incendies partout au Canada :
  • Normalisera et améliorera la collecte, la méthodologie et l’analyse des données.
  • Reliera les données sur les incendies aux données socio-économiques existantes, y compris la santé, la criminalité, l’éducation, le logement et plus encore, donnant lieu à un niveau de recherche et de données sur la sécurité publique encore jamais atteint.
  • Procurera aux commissaires des incendies et aux officiers supérieurs une recherche probante qu’ils pourront utiliser pour fournir des orientations stratégiques et opérationnelles qui répondent aux tendances qui, à l’heure actuelle, ne peuvent pas être identifiées de manière convenable.
  • Renforcera la capacité des responsables des services de lutte contre les incendies lorsqu’il s’agit de comprendre la dynamique des incidents et des menaces réelles à la sécurité publique.
  • Sera une source de données précieuses pour la recherche universitaire approfondie pouvant être combinée avec l’observation d’incidents et d’expériences pour générer de nouvelles connaissances dans le domaine de la sécurité publique; et
  • Renforcera et assurera la sécurité continue du public, des pompiers et autres premiers intervenants du Canada.
Lors d’un entretien téléphonique récent, Ken Stuebing, membre du Conseil d’administration de l’ACCP et chef de pompiers dans Chatham-Kent, en Ontario, a déclaré que les services d’incendie estiment les statistiques à vue de nez.

« La grande tristesse, c’est que, nous [le Canada] détenons des statistiques nationales sur la santé et le maintien de l’ordre. Mais, nous n’avons rien sur la lutte contre les incendies… au pifomètre, nos statistiques se situent à 10 % de celles des États-Unis, faute d’autres moyens pour les collecter (statistiques) ».

En allant de l’avant, la lutte contre les incendies devra changer, et rapidement, a ajouté M. Stuebing. Ceux qui graviront les échelons auront besoin des outils nécessaires pour contester tout ce que nous savons de la lutte contre les incendies. Ils devront compter sur des données et des preuves pour prendre les décisions opérationnelles. Il estime que la base de données aidera grandement les services d’incendie à faire leur travail.

« Nous commençons à tirer des leçons à la dure quand il s’agit du comportement du feu », a dit M. Stuebing. « Les feux ne s’embrasent pas à 20 minutes… l’embrasement général se fait beaucoup plus rapidement ».

En posant les bonnes questions, les services d’incendie seront en mesure de recueillir plus d’informations nécessaires pour guider les opérations et la façon dont ils luttent contre les incendies.

« Pourquoi faisons-nous ce que nous faisons? Cela a-t-il encore du sens? En tant que dirigeants des services d’incendie, nous devons préparer ceux qui nous suivront pour qu’ils soient véritablement prêts à remettre le statu quo en question sur tout ».

M. Stuebing nous rappelle que l’utilisation des nouvelles statistiques disponibles sera suivie d’une nouvelle imputabilité des services d’incendie du Canada. « Lorsque des preuves écrasantes viennent affirmer que ce n’est pas la meilleure voie à suivre, [qu’autre chose] vaut mieux, nous serons tenus de procéder dans cette voie », a-t-il déclaré, « surtout si nous souhaitons étayer notre pratique de preuves ».

Le projet a fait face à des défis tels que des modifications gouvernementales et obtenir des parties prenantes qu’elles signent des accords. Mais, M. Stuebing se dit heureux des progrès réalisés par la base de données. Il prévoit présenter le programme aux délégués à la conférence Secours-Incendie Canada de l’ACCP, qui se tiendra en septembre, à St. John’s (Terre-Neuve), aux côtés de M. Garis. Selon M. Stuebing, le programme est en voie d’atteindre des objectifs mesurables et les membres du groupe de travail informeront l’effectif de l’ACCP, à St. John’s.

Dans l’intervalle, des accords ont été signés entre certaines des parties prenantes, y compris l’ACCP, les directeurs provinciaux et les commissaires d’incendie, Statistique Canada et quelques provinces. Selon M. Garis, Statistique Canada recueille déjà des données sur la base d’informations fournies par les provinces et les territoires canadiens et contenues dans leurs dossiers sur les incendies. Ceux-ci sont cartographiés en fonction du Canadian Code Structure on Fire Loss Statistics, publié par les directeurs provinciaux et les commissaires d’incendie en 2002. M. Garis a affirmé qu’il est important pour les parties prenantes de partout au pays de s’intéresser aux questions auxquelles elles aimeraient qu’il soit répondu par la collecte de données et la recherche fondée sur les preuves, y compris les statistiques devant être saisies dans la base de données. Avant la tenue de Service-Incendie Canada, les personnes désireuses de participer à la base citoyenne devraient accéder au questionnaire de l’ACCP qui permettra de déterminer ce à quoi les services d’incendie s’attendent. La façon dont les données seront saisies et l’information guidant les personnes intéressées par la période d’essai initiale doivent être déterminées d’ici la fin de 2016 tandis que le programme poursuit la véritable période d’essai.

 « Si nous démontrons notre savoir-faire au lieu de suivre les États-Unis en faisant rapport sur leurs statistiques, nous prouverons que nous sommes totalement à l’aise avec les informations issues de la base de données, car elles sont toutes agrégées, provenant d’une seule source ».

Mais, M. Stuebing n’est pas naïf quant à la quantité de travail qu’il reste à faire.

« Tenter de briser les silos dans les provinces, faire en sorte que les gens signalent les choses de la même façon et que tout le monde coopère pour créer une base de données nationale sera une première pour les services d’incendie canadiens ».

Selon M. Garis, qui a eu recours à la recherche fondée sur des preuves dans sa communauté afin de sensibiliser des démographies spécifiques sur la prévention des incendies, ce projet profitera à l’ensemble du pays.

Une fois que les services d’incendie puiseront aux informations tirées d’une base de données nationale pour améliorer la sécurité publique partout au pays, les collectivités constateront des résultats presqu’immédiatement, affirme-t-il.

« Du point de vue local, provincial et national, il sera important de disposer de bonnes données solides pour la prise de décision, à l’avenir ».

M. Stuebing est d’accord : « C’est ce que nous [l’ACCP] voulons être, une organisation qui peut répondre à des questions fondées sur des données et des preuves, en mesure de justifier notre besoin en sécurité publique au gouvernement fédéral ou municipal, lequel des deux doit prendre les décisions.

« Nous devons être perçus comme un service responsable, utilisant des données pour guider nos décisions et pour étayer nos déclarations, non seulement par les gens qui nous gouvernent, mais aussi par nos collègues et par le grand public ».

Pour que ces groupes nous jugent responsable et crédible, les services d’incendie canadiens doivent procéder avec des rapports probants, a déclaré M. Stuebing. De plus en plus, les chefs de pompiers et les administrateurs doivent « montrer les données » a-t-il dit.

« L’époque où nous martelions de nos poings la table du conseil en exigeant qu’il nous accorde plus de pompiers est révolue ».



Subscription Centre

 
New Subscription
 
Already a Subscriber
 
Customer Service
 
View Digital Magazine Renew

Most Popular


We are using cookies to give you the best experience on our website. By continuing to use the site, you agree to the use of cookies. To find out more, read our Privacy Policy.