www.firefightingincanada.com

Association news News
CAFC: Driving change


August 28, 2014
By CAFC editorial committee

A fire rips through a nursing home in the early hours of Jan. 23, in the village of L’Isle-Verte, Que., claiming the lives of 32 seniors.

A fire rips through a nursing home in the early hours of Jan. 23, in the village of L’Isle-Verte, Que., claiming the lives of 32 seniors. A train derails on July 6, 2013, resulting in the spill of millions of litres of crude oil and an explosive fire that devastates the town of Lac-Megantic, Que., killing 47 people.

These tragedies brought to light the urgency of dealing with two important, national public-safety issues: the need for sprinklers in Canada’s care facilities; and the transportation of dangerous goods across the country. These are just two of the many issues the Canadian Association of Fire Chiefs (CAFC) addressed in 2014 through its government-relations initiatives.

The CAFC is the national public-service association dedicated to reducing the loss of life and property from fire, and advancing the science and technology of the fire and emergency services in Canada.

The CAFC also functions as the voice of the fire services in Canada by ensuring that elected government representatives and officials are aware of, and understand, the concerns of Canada’s fire services. This is achieved in several ways, such as:

  • Resolutions from the CAFC presented to the federal government;
  • Presentations by fire-service representatives to MPs, ministers and other senior staff;
  • Representation on federal committees and working groups that affect the fire services in Canada.

According to the CAFC’s outgoing President Stephen Gamble, “the impact of the CAFC’s government-relations efforts has come a long way in just the past few years.”

Some government ministers and senior officials were having difficulty distinguishing between the CAFC and other fire-industry organizations. But not anymore.

“We’re really making traction,” said incoming CAFC President Paul Boissonneault. “We now have momentum, standing, and acknowledgement,” due to the range and impact of the CAFC’s government-relations work.

In fact, in a video message to the 2013 Fire-Rescue Canada conference, Prime Minister Stephen Harper acknowledged CAFC as a “trusted adviser” to the government. And in the aftermath of the Lac-Megantic tragedy, Transport Minister Lisa Raitt relied heavily on advice and input from the CAFC to address the transportation of dangerous goods.

The CAFC has worked closely with Transport Canada and the Federation of Canadian Municipalities to address the concerns and risks associated with the tremendous increase in the movement of flammable liquids by rail, in particular, the movement of crude oil. According to Transport Canada figures, crude-oil shipments in Canada increased to 127,925 carloads in 2013 from just 144 carloads in 2009.

The following are some of the important actions that have been implemented, or are currently underway, to address the dangers of derailments involving flammable liquids.

  • Although discussions with the Canadian Association of Petroleum Producers (CAPP), the Canadian Fuels Association (CFA), and the Railway Association of Canada (RAC) have been ongoing, the talks have not resulted in any commitment by the industry to assist fire services in updating the training required to safely and effectively respond to large flammable liquid fires.
  • The CAFC is represented on the Liquefied Petroleum Gas Emergency Response Corporation (LPG-ERG) technical committee that is developing the Emergency Response Assistance Plan (ERAP) requirements for flammable liquids. CAPP, CFA and RAC selected LPG-ERC as the ERAP response organization for their members.
  • The CAFC is also representing the fire services on the recently created Transport Canada ERAP task force to analyze the need for greater investment and resources for first-responder training. The task force has a one-year mandate to evaluate and provide recommendations to the minister of transport.

The L’Isle-Verte tragedy was the stimulus for a renewed focus on the need for updated regulations during the CAFC’s 2014 Government Relations Week in March. Government Relations Week is an annual initiative of CAFC during which chief fire officers from across Canada visit Ottawa to meet with MPs, ministers and other senior staff to advocate on key public-safety issues.

Efforts this year focused on seeking a change to the National Model Building Code, including a requirement for sprinklers in all care facilities (at the moment, sprinklers are required only in new builds). As of mid-summer, advocacy efforts were ongoing. More Canadian-focused research is required, along with consultation among provincial fire service associations and private partners such as Fire Underwriters Survey.

Proposed changes to the Ontario Building Code would allow the construction of six-storey, wood-frame buildings, matching British Columbia’s code, which already allows a six-storey maximum height for wood-frame residential construction.

The CAFC has major concerns. There are no Canadian-focused studies on six-storey, wood-frame structures. Proponents of the change frequently cite studies from Europe and Asia, but designs, construction methods and fasteners used in them can be much different than those commonly used in Canada. There are no studies that look at the effect of shrinkage and shifting in wood-frame structures over time, particularly concerning the ongoing effectiveness of firewalls and fire escapes.

Hamilton Fire Chief Rob Simonds chairs the CAFC’s government-relations committee. He commented recently on the association’s advocacy efforts in areas ranging from sprinklers and codes to the transportation of dangerous goods.

“There’s no shortage of issues,” Simonds said. “These issues transcend regions across the country.”

And with a lack of federal funds for any new programs, the CAFC is concentrating its efforts on advocating for policy changes, rather than on money, to enhance public safety.

Issues such as fire safety on First Nations affect communities across the country. A 2010 study found that people living on First Nations are 10 times more likely to die in a house fire than those in the rest of Canada.

In February, Richard Kent, the treasure and commissioner for the Aboriginal Firefighters Association of Canada, and Ottawa Fire Chief John deHooge, an executive board member of the CAFC, spoke to the Senate’s Aboriginal peoples committee about the lack of fire safety in Aboriginal communities.

Aboriginal Affairs and Northern Development Canada and the Aboriginal Firefighters Association of Canada have partnered to launch a national, year-round #BeFireSafe campaign, focusing on the importance of fire prevention throughout the year both inside and outside the home with the aim of reducing fire-related deaths, injuries, and damage.

The CAFC’s government-relations efforts have helped chief fire officers at the local level as well.

“New chiefs, who first participate in government-relations week, find the experience so rewarding,” said Boissonneault. “They’re establishing a network of colleagues from whom they can access expertise, training, and resources to enhance their local fire services.”

Simonds agrees. “Participating in government-relations week enhances their knowledge of the working of government, and enhances their impact locally when chiefs interact with their local MP, MPP/MLAs, and municipal officials.”

By cultivating partnerships and embracing collaborative efforts, the CAFC is finding new ways to help elected representatives and senior officials better understand public-safety issues. The CAFC is actively working to help government be proactive on issues, rather than simply reacting to tragic events.


moteur de changement
Le 23 janvier 2014, aux petites heures du matin, un incendie ravage un foyer de soins dans le village de L’Isle Verte, au Québec, causant la mort de 32 personnes âgées. Un train déraille le 6 juillet 2013 entraînant le déversement de millions de litres de pétrole brut, suivi d’une explosion et d’un incendie qui ont dévasté la ville de Lac Mégantic, au Québec, tuant 47 personnes.

Ces tragédies ont fait ressortir l’importance de traiter urgemment de deux questions de sécurité publique nationale, à savoir la nécessité d’installer des gicleurs dans les établissements de soins du Canada et les risques inhérents au transport des marchandises dangereuses à travers le pays. Ce ne sont que deux des nombreux enjeux que l’Association canadienne des chefs de pompiers (ACCP) a abordé dans le cadre de ses relations gouvernementales de 2014.

L’ACCP est une association de service nationale publique qui vise à limiter les pertes de vies et de biens matériels causées par le feu. Elle tente aussi de faire progresser la science et la technologie des services d’incendie et d’urgence au Canada.

L’ACCP est également la porte-parole des pompiers du Canada, veillant à faire prendre conscience aux élus et aux autorités gouvernementales des préoccupations des services d’incendie canadiens, et à bien les leur faire comprendre. Pour ce faire, l’ACCP :

  • Soumet des résolutions auprès du gouvernement fédéral.
  • Envoie des délégations de représentants des services d’incendie, chargées de rencontrer des députés, des ministres et autres hauts fonctionnaires.
  • Siège à des comités et à des groupes de travail fédéraux ayant une incidence sur les services d’incendie au Canada.

Selon le président sortant de l’ACCP, Stephen Gamble : « Nos initiatives dans le domaine des relations gouvernementales ont eu un grand impact, en quelques années à peine ».

Il était difficile pour certains ministres et hauts fonctionnaires de distinguer l’ACCP d’autres organismes responsables des services de lutte contre les incendies. Mais, ce n’est plus le cas.

Aux dires du nouveau président de l’ACCP, Paul Boissonneault : « Nous gagnons vraiment du terrain. Nous avons le vent dans les voiles. Nous avons une présence et nous sommes reconnus dans notre secteur, en raison de la portée et de l’impact de nos efforts dans le domaine des relations gouvernementales ».

En fait, lors d’un message vidéo diffusé dans le cadre de la Conférence Service incendie Canada, 2013, le Premier ministre Stephen Harper reconnaissait l’ACCP comme « un conseiller de confiance » du gouvernement. Et, au lendemain de la tragédie de Lac Mégantic, la ministre du Transport, Lisa Raitt, comptait sur nous au moment d’aborder les questions concernant le transport des marchandises dangereuses.

L’ACCP a collaboré avec Transports Canada (TC) et la Fédération canadienne des municipalités pour traiter des préoccupations et des risques connexes à l’accroissement considérable du transport des liquides inflammables par chemin de fer, notamment le transport du pétrole brut. Selon les données de TC, les expéditions de pétrole brut au Canada ont passé de 144 wagons en 2009 à 127 925, en 2013.

Voici quelques-unes des mesures importantes qui ont été mises en œuvre ou qui sont en cours pour traiter des risques de déraillement impliquant des liquides inflammables.

  • Même si les discussions avec l’Association canadienne des producteurs pétroliers, l’Association canadienne des carburants et l’Association des chemins de fer du Canada se sont poursuivies, elles n’ont pas encore donné lieu à un engagement de la part de l’industrie pour aider les services d’incendie à mettre à jour les programmes de formation nécessaires pour doter les premiers répondants des outils dont ils ont besoin pour répondre efficacement, en toute sécurité, aux gros feux de liquides inflammables.  
  • Des représentants de l’ACCP siègent au Comité technique de la Corporation en intervention d’urgence pour les gaz de pétrole liquéfiés (GPL-CIU) qui est à développer les exigences qui figureront au Plan d’intervention d’urgence (PIU) en matière de liquides inflammables. Au nom de leurs membres, l’ACPP, l’ACC et l’ACFC ont choisi le GPL-CIU comme organisme d’intervention d’urgence.
  • L’ACCP représente également les services d’incendie au Groupe de travail sur le PIU de Transports Canada nouvellement établi, analysant la nécessité d’investir davantage de ressources dans la formation des premiers répondants. Le groupe de travail dispose d’un an pour évaluer et formuler des recommandations à la ministre des Transports.

Lors de la Semaine de relations gouvernementales qui se tenait en mars 2014, la tragédie de L’Isle Verte était l’impulsion d’un accent renouvelé sur la nécessité de mettre à jour les règlementations. La Semaine des relations gouvernementales est une initiative annuelle de l’ACCP dans le cadre de laquelle une délégation de chefs d’état major de partout au Canada se rend à Ottawa pour rencontrer des députés, des ministres et autres hauts fonctionnaires pour discuter des principales questions de sécurité publique.

Cette année, les efforts ont porté sur les modifications devant être apportées au Code modèle national de prévention des incendies, y compris l’obligation d’installer des gicleurs dans tous les établissements de soins (ce qui n’est présentement obligatoire que dans les nouvelles constructions). Au milieu de l’été, les actions de plaidoyer se poursuivent. Il faut davantage de recherches axées sur les enjeux canadiens. Il faut rehausser la concertation entre les associations des services d’incendie provinciales et les partenaires privés comme les Services d’inspection des assureurs incendies.

Des modifications provisoires au Code du bâtiment de l’Ontario permettraient la construction à ossature de bois pour des immeubles de six étages, comme le prévoit le code de la Colombie-Britannique. Cette province autorise déjà une hauteur maximale de six étages lors de la construction à ossature de bois des immeubles résidentiels.

Ceci inquiète beaucoup l’ACCP. Il n’existe pas d’études canadiennes axées sur les constructions à ossature de bois pour des immeubles de six étages. Les partisans de ces changements citent fréquemment des études européennes et asiatiques. Mais, les conceptions, les méthodes de construction et les fixations étudiées par ces dernières peuvent être très différentes de celles communément utilisées au Canada. Aucune étude ne se penche sur l’effet avec le temps du rétrécissement et du déplacement des structures en bois, en particulier l’efficacité continue des pare-feu et des sorties de secours.

Le chef des pompiers d’Hamilton, Rob Simonds, préside le Comité des relations gouvernementals de l’ACCP. À ce titre, il commentait récemment les efforts de plaidoyer de l’Association en ce qui concerne les gicleurs et les codes portant sur le transport des matières dangereuses.

« Ce ne sont pas les problèmes qui manquent. Ces questions transcendent toutes les régions du pays » a-t-il déclaré.

Compte tenu du manque de financement alloué aux nouveaux programmes, l’ACCP concentre ses efforts sur des changements de politiques, plutôt que sur l’argent, pour améliorer la sécurité publique.

La prévention des incendies dans les réserves des Premières nations a des répercussions sur toutes les communautés du pays. Une étude effectuée en 2010 a révélé que les résidents de ces réserves sont dix fois plus susceptibles de mourir dans un incendie d’une maison que les habitants du reste du Canada.

En février, Richard Kent, trésorier/commissaire de l’Association des pompiers autochtones du Canada, et John deHooge, membre du Conseil exécutif de l’ACCP se sont adressés au Comité sénatorial des peuples autochtones sur l’absence de programmes de prévention des incendies dans les collectivités autochtones.

Le ministères des Affaires indiennes et le Développement du Nord ainsi que l’Association des pompiers autochtones du Canada se sont associés pour lancer #GareAuFeu, une campagne nationale mettant l’accent sur l’importance de la prévention des incendies tout au long de l’année, à l’intérieur et à l’extérieur de la maison dans le but de réduire les décès, les blessures et les dommages causés par les incendies.

Les efforts déployés par l’ACCP dans le cadre des relations gouvernementales ont bel et bien profité aux chefs d’état major au niveau local.

« Les novices ont trouvé l’expérience très enrichissante. Ils se sont constitué un réseau grâce auquel ils peuvent accéder à l’expertise de leurs collègues, à la formation et aux ressources pour améliorer leurs propres services d’incendie, » a déclaré M. Boissonneault.

M. Simonds en convient : « Cela approfondit la connaissance qu’ont les chefs de pompiers de la façon dont le gouvernement fonctionne et renforce leur impact au niveau local au moment d’interagir avec leur député, leur député provincial et les élus municipaux ».

En cultivant de nouveaux partenariats précieux et en favorisant la collaboration, l’ACCP tente de trouver de nouvelles voies pour mieux sensibiliser les élus et les hauts fonctionnaires sur les questions de sécurité publique. Face aux événements tragiques, l’ACCP s’emploie à aider le gouvernement à être en mode proactif plutôt que réactif.